Histoire du Viagra

Destiné à l’origine au traitement de l’angine de poitrine, le Viagra ou citrate de sildénafil, doit sa renommée à l’échec des études thérapeutiques contre les maladies vasculaires.

Un échec à l’origine d’un médicament révolutionnaire

En 1986 les chercheurs des laboratoires Pfizer Sandwich (Grande-Bretagne) travaillent sur la recherche d’un remède fiable et efficace contre l’angine de poitrine. Supposant qu’une enzyme appelée phosphodiesterase de type 5 (PDE 5, présente dans les cellules des vaisseaux sanguins et dans les plaquettes sanguines, pourrait avoir des effets bénéfiques sur les personnes souffrant de problèmes circulatoires et par la même occasion, des personnes atteints d’une angine de poitrine, ils décident d’orienter leurs recherches sur cette enzyme.

Fin 1989, après avoir testé des centaines de composés, ils identifient un nouveau composé: le citrate de sildenafil. Celui-ci cible la PDE 5 et l’inhibe de façon plus intense. Les premiers essais cliniques sur le sildénafil débutent deux ans plus tard, en 1991, au Royaume-Uni.

Si les premiers essais sont plutôt encourageants, les chercheurs remarquent lors de ceux-ci des effets secondaires inattendus. En effet, il était supposé que le Sildénafil élargissent les vaisseaux sanguins qui alimentent le myocarde avec du sang, réduisant ainsi la tension artérielle.

Toutefois, au cours des études les chercheurs découvrent que la circulation sanguine dans le myocarde chez les volontaires prenant le médicament n’était pas aussi satisfaisante que prévue. Au lieu de cela tous les volontaires masculins, quel que soit leur âge et leur état de la santé, faisaient état d’une nette amélioration leur vie sexuelle, rapportant notamment des érections à la moindre stimulation sexuelle. Au bout d’un an d’essai, les chercheurs s’aperçoivent que les effets du sildénafil sont peu probants sur l’angine de poitrine et cessent donc les recherches en ce sens.

Un remède quasi miraculeux

En 1993, la première étude officielle sur les effets du sildénafil contre les problèmes d’érection est lancée. Celle-ci étant un succès, les chercheurs mèneront une étude parallèle un an plus tard, qui confirmera les résultats de la première.
Entre 1994 et 1997, 21 essais cliniques sont menés, impliquant 4 500 patients âgés de 18 à 60, souffrant ou non de problèmes d’érection, pour tester toutes les potentialités du sildénafil.  A la suite de ces essais, le laboratoire Pfizer décide de lancer un médicament dont le principe actif est le Sildénafil. Il dépose une demande auprès des différentes autorités sanitaires mondiales.  Le Viagra était né.

En 1998, la Food and Drug Administration (autorité de santé des Etats-Unis) ainsi que les autorités sanitaires approuvent le Viagra, et le classifient ainsi comme le premier traitement par voie orale contre la dysfonction érectile.
Cette même année, les pionniers du Viagra, les pharmacologues américains, Robert Furchgott, Louis Ignarro et Ferid Murad ont reçu le prix Nobel de médecine pour leurs recherches sur le monoxyde d’azote (le monoxyde d’azote transmet de cellule en cellule un signal biochimique qui déclenche la dilatation des vaisseaux sanguins), qui est à l’origine de la découverte du Viagra.

D’où vient le nom Viagra ?

Plusieurs « légendes » existent quant à l’origine du nom Viagra. Pour certains cela proviendrait mot sanskrit vyaaghra, qui désigne le tigre. Pour d’autres, ce serait la contraction des mots vigor (ou vigueur), relatif à l’énergie sexuelle que le médicament apporte aux hommes et Niagara, relatif aux chutes du même nom dont les chercheurs ont comparé la force et la puissance à l’effet du sildénafil.